Qu’ont en commun une automobile, un robot et votre téléphone?

26781533_10213276001647031_619805648_o

Qu’ont en commun une automobile, un robot et votre téléphone?

Pour les personnes qui ont participé au dernier Salon Consumer Electronics Show à Las Vegas, cela tient de l’évidence. Ils sont connectés les-uns avec les autres, d’une manière ou l’autre, voire de toutes les manières que l’on peut imaginer : au centre de service à la clientèle, à l’assistance routière, à la réservation hôtelière, à l’entretient prédictif des pièces ou de la recharge des batteries, à la planification de l’agenda de votre messagerie courriel ou instantanée, etc.

Cependant, ce qui rend vraiment spécial toutes ces connections est l’emploi du temps réel quel que soit l’interaction et la destination du partage de l’information.

Il ne suffit pas, par exemple, que la machine soit entièrement autonome. Qu’une automobile, un robot ou un téléphone intelligent soit en mesure d’établir l’état de son fonctionnement à chaque instant de son utilisation n’est qu’une étape de l’opération en temps réel. Chacun de ces appareils doit être en mesure de transmettre ces informations recueillies en temps réel.

Mais cela non plus ne suffit pas!

Pensez à un satellite de communication auquel est branché votre téléviseur par l’entremise d’une console de décryptage et une antenne parabolique. Bien sûr, vous êtes en mesure de choisir cette chaîne-ci ou cette chaîne-là, mais la communication ne demeure que dans un seul sens. Il ne vous est pas possible de piloter le satellite, probablement fort heureusement! D’ailleurs, cette manière de recueillir de l’information en temps réel mais dans une seule direction constitue un champ d’étude technologique et sociologique spécifique.

Pour que notre automobile, robot et téléphone soient reliés en temps réel, il faut préalablement qu’ils soient tous reliés les-uns aux autres de telle manière que chacun puissent recueillir les données générées en temps réels de tous les autres appareils connectés comme on peut l’imaginer dans le FAB Lab du CES illustré en en-tête.

F1-CIP-Challenge-1-winner-Paul-Clarke

Enfin, afin de matérialiser le temps réel dans son sens fort, il faut être en mesure d’intervenir sur chacun de ces appareils en temps réel, c’est-à-dire sur le champ comme le permet l’interface de Formule 1 ci-dessus! L’automobile subit un accident, il importe que le système qui reçoit à distance cette information puisse agir en retour en appelant les secours, informer les occupants du véhicule puis procéder, par exemple, à l’arrêt du moteur ou donner des consignes de premiers soins. Le robot utilisé sur une aire de production, doit être en mesure de signaler une pièce manquante tout en attendant une instruction circonstancielle. Le téléphone doit être en mesure de synchroniser réception-émission en tout temps, entre appareils, avec les antennes disponibles voire établir des liens satellites à la manière des GPS.

Ce petit miracle de tous les instants est l’aboutissement qui se transforme en pierre angulaire de la Révolution industrielle 4.0. C’est pourquoi on dit de celle-ci qu’elle est une continuité davantage qu’une rupture. Elle se bâtit dans le prolongement de l’autre.

La Révolution industrielle 4.0 est celle de la génération et du traitement en temps réel de l’information. Son défi est d’assurer une collecte de données efficace. Son but est d’intervenir instantanément dans les secteurs clés de l’entreprise pour éliminer toutes les sources d’erreurs. En plus d’obtenir des rapports concrets sur la rentabilité de l’entreprise, on s’assure une qualité, une traçabilité et une gestion optimale des ressources humaines.

26694621_10213270116619909_501039892_n (1)

Au nom de M. Jimmy Ravaux, notre architecte technologique 4.0 et président de J Innovations inc. qui sera bientôt de retour du Salon Consumer Electronics Show à Las Vegas, nos remerciements aux participantes et participants à la mission commerciale organisée par le Ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du gouvernement du Québec, à sa ministre Dominique Anglade ainsi qu’à son équipe, aux dynamiques start-ups du Digihub et à son équipe, et enfin, à nos clients présents sur place ainsi que ceux que nous rencontrerons bientôt dans le prolongement de ce formidable évènement.

François Poulin

Responsable Qualité logicielle et documentation

Spread the Futur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *